Partagez | 
 

 People are stupid. Deal with it. (Ashley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité


MessageSujet: People are stupid. Deal with it. (Ashley)   Dim 9 Nov - 21:49



People are stupid. Deal with it.


Madalyne Hawks Δ Asley Addams



“ I'm gonna be your bubblegum bitch. ”


C'était une blonde de deuxième année,  connue pour ses bonnes notes et son physique plantureux. Madalyne elle-même, ne pouvait nier qu'elle avait un jolie visage . Néanmoins, le regard mesquin de cette dernière et sa voix de crécelle rouillée semblaient prendre le pas sur toutes ses autres qualités. Elle faisait parti de cette race de filles « sympathiques » et populaires, auxquelles les plus jeunes essayaient de ressembler, sans se douter que, derrière cette apparence reluisante, se cachait les êtres les plus détestables que ce monde n'est jamais porté. Oui, encore plus détestable que les huissiers et les collecteurs d'impôts réunis.
« Parait qu'elle se tape un mec différent tous les soirs. Une vraie traînée cette fille... »
La traînée, c'était Madalyne, qui, assise à peine quelques mètres de la blonde et son amie, arrivait à entendre les commérages de ces dernières. Une dizaine de minutes maintenant, qu'elle se faisait traiter par tous les noms d'oiseaux par cette fille à qui elle n'avait pourtant jamais adressé la parole. Et si elle ne réagissait pas, c'était d'une, parce qu'elle préférait se concentrer sur son devoir d'iconographie, et de l'autre, parce que ce genre de situation n'avait quasiment aucun effet sur elle. Les mots ne l'atteignaient plus, bien au contraire. Pour un peu, elle aurait même plus trouver le « moment » marrant, digne d'une mauvaise sitcom humoristique. Et si elle réagissait avec autant de légèreté, ce n'était pas parce qu'elle avait été endurcie par tout ce qu'elle avait vécue auparavant...mais simplement parce qu'au fond d'elle-même, elle était persuadé que la plupart des gens étaient des idiots, et que la vie était trop courte pour la gaspiller à leur reprocher leur connerie.
Bien sur, elle la connaissait. Tout le monde se connaissait dans ce bled minuscule qu'était Nome de toute manière...tout le monde était une connaissance de connaissance de tout le monde. D'aileurs, Madalyne se souvenait avoir été inscrite dans le même cours de danse que la blonde quelques années auparavant, bien avant qu'Ada ne décide de mettre feux aux ballerines de la prof et que cette dernière ne jure de ne plus jamais prendre de fille Hawks dans son cours. Quel dommage...C'était peut être un grand avenir de danseuse étoile qui l'attendait...

« Fait gaffe, elle risque de t'entendre... »Lança l'amie de la blonde, à raison.
Bien sur que Madalyne l'entendait, elle n'entendait qu'elles d'ailleurs.
Malgré la matinée avancée, il n'y avait que peu de monde dans la salle de travail, une demi-douzaine grand maximum. Parmi elles, quelque têtes connues ; Celle de la blonde d'une part, et, à quelques tables de là, un peu plus loin, la fille du lieutenant Williams, Ashley Addam, dont la présence ne devait pas être un hasard. Peut être était-ce de la paranoïa, mais la jeune rousse avait parfois l'étrange impression que la journaliste la suivait. A vraie dire, à elle non plus elle n'avait jamais adresser la parole. Elle était pourtant proche des mères de cette dernière. Enfin « proche »...Le lieutenant William avait été à une époque, la seule adulte à se soucier vraiment d'elle, quand le docteur Addams était aujourd'hui encore, la psychologue attitrée de sa sœur. Toutes deux, étaient donc plus qu'au courant de son passé familiale chaotique, et même si Madalyne appréciait moyennement de passer pour la petite chose fragile, elle leur en était reconnaissante à toutes les deux.
Avec Ashley Néanmoin, c'était une tout autre histoire. Vu toutes les rumeurs étranges qui courraient sur son compte, cette dernière attendait probablement LE scoop, qui ferrait décoller les ventes du Nome Nugget. Madalyne n'aurait rien eu contre le fait de lui donner ce qu'elle voulait, loin de là. Pour être sincère, elle aurait fait n'importe quoi pour échapper à la vie soporifique qu'elle avait...et aux yeux de la plupart des gens, elle faisait justement n'importe quoi. Avec sa santé, ses études, son corps...elle, préférait simplement leur répondre qu'elle profitait tout bonnement de sa jeunesse. Plus les mois passaient pourtant, moins elle avait l'impression que cet argument continuait de convaincre qui que ce soit. Comme si à Nome, enchaîner les conneries à vingt ans était normal, mais devenait beaucoup plus problématique une fois qu'on était majeur. Le fait était qu'elle même avait, parfois cette étrange impression de ne plus savoir qui elle était vraiment...

« Une pute, voilà ce qu'elle est ! »
Et ta mère ? Aurait sûrement répondue sa sœur aînée, qui a une époque, avait subi cette même réputation de Marie-couche-toi-là. Mais même si Madalyne, n'avait habituellement pas le franc parler de sa sœur, elle se sentait ce jour là, d'humeur joueuse. Et de toute manière...Elle venait de finir son devoir.Rangeant ses affaires dans son sac, son regard croisa pour la première celui de l'autre rousse à qui elle adressa un petit clin d’œil, avant de tourner les talons.
Se dirigeant d'un pas nonchalant vers la sortie sans un regard pour la blonde dans un premier temps, elle se baissa soudainement vers elle, à la grande surprise de cette dernière à qui, de sa voix douce et de son sourire perpétuelle, elle lança un : « La pute s'est tapée ton mec hier soir. Bonne journée, Evy. » avant de continuer sa route.


par humdrum sur ninetofive


Revenir en haut Aller en bas
Administratrice
avatar

Administratrice

Messages : 512
Date d'inscription : 06/01/2014
Métier ou études : Journaliste pour The Nome Nuggets
Statut : En couple avec Gwennaelle Morgan, et harcelée par une mystérieuse blonde.
Avatar : Hayley Williams
Crédits : Anaelle

MessageSujet: Re: People are stupid. Deal with it. (Ashley)   Mar 11 Nov - 23:07

People are stupid. Deal with it

Madalyne & Ashley.

Aujourd’hui est une journée semblable aux autres. Je me suis levée, j’ai croisé et discuté avec mes mères pour prendre le petit déjeuner en famille, elles m’ont posées leurs habituelles questions embarrassantes sur ma vie amoureuse un peu particulière en ce moment. Ce sont deux sadiques qui adorent me mettre mal à l’aise, enfin bon, ça m’amuse, dans un sens. Je suis remontée ensuite pour faire mon petit rituel matinal, me laver, me brosser les dents, me sécher les cheveux, me coiffer un temps soit peu et m’habiller. Aujourd’hui je ne resterai pas derrière mon bureau au Nome Nugget, j’allais sur le terrain. Je devais écrire un article sur les étudiants de l’université de la ville, c’est donc ainsi que je me suis mise en route vers le dit lieu, glissant la clé dans le contact de ma voiture, allumant le vieux moteur de mon véhicule d’occasion. Si mes mères avaient largement les moyens de me payer une voiture neuve, elles avaient préférés ne pas le faire pour m’apprendre à ne pas être assistée et à être responsable : si je voulais quelque chose, je devrais travailler et me le payer avec mon propre argent, et cette mentalité ne me dérangeait pas, au contraire, elle m’avait fait murir, et j’avais grâce à cela trouver deux jobs que j’adorais, journaliste et serveuse/chanteuse dans le bar du frère de ma petite amie.

Ainsi donc, m’arrêtant auprès de plusieurs élèves, je découvrais une fois de plus le campus universitaire, et m’y perdit encore une fois. C’est un élève de troisième année qui me conduit jusqu’à sa classe, et je m’installais dans la salle, mon calepin en main. Mon regard s’était posé sur les différents visages présents, et j’avais rapidement reconnu la chevelure de feu de Madalyse, me pinçant doucement les lèvres, repensant aux demandes de mes mères quand au fait de veiller et de garder un œil sur elle et de m’en faire une amie. Je n’aimais pas agir comme intérimaire, mais ma mère psychologue était persuadée que l’on pouvait devenir proches et qu’une amie supplémentaire ne pourrait pas me faire de mal. A vrai dire, je n’ai pas grand-chose contre elle, elle m’a permit d’écrire tellement d’articles. Elle n’était pas très loin de moi, mais je ne l’abordais pas, j’observais en silence, écoutant les élèves autour de moi. Mes prunelles s’attardèrent sur deux pimbèches qui racontaient des ragots, lançant des regards pas trop discret vers la rousse que je venais de regarder. Je fronçais les sourcils en les entendant, je crois que presque tout le monde les écoutait. Si je savais que je pouvais tomber sur un scoop croustillant qui concernait la rousse, je restais néanmoins peu fan des médisances de filles mal baisées par leurs copains. « Une pute, voilà ce qu'elle est ! » Je relevais un sourcil, étonnée. J’avais l’impression de retourner à mes années lycée ou j’étais moi-même le fruit des médisances et de l’harcelement et l’intimidation. Une époque sombre que je voulais rayer de ma vie et oublier à tout jamais mais qui ne faisait que me hanter hélas. Mais à mon contraire, la rouquine semblait y apporter peu d’attention, et alors que je la suivais du regard de lever et s’attarder sur la blondasse, elle lui lâcha un glorieux :« La pute s'est tapée ton mec hier soir. Bonne journée, Evy. » Et ça, toute la classe l’a entendu. J’explose de rire avant de me lever, glissant mon calepin dans la poche arrière de mon jean, m’arrêtant également au niveau de la blonde qui s’était levée pour l’insulter et semblait décidée à lui refaire le portrait, lui barrant la route.

« Wow wow. Tout doux Blondie. Franchement, remets toi en question, t’aurais pas un pot de peinture sur la gueule il irait peut être pas voir ailleurs. »

Je la regardais très sérieusement alors que sa mâchoire se décrocher, avant finalement de gratter sur mon carnet, lisant à haute voix:

« Problème de contrôle de soit et d’acceptation de la vérité. Génial, merci Evy ! »

Et je lui souriais, plutôt fiere de moi alors qu’elle appelait ses copines. On va peut être pas trainer hein. Je sors de la salle, rattrapant Madalyne.

« Bien joué ! Alors dis moi, info ou intox pour son mec ? »




Please wrap your drunken arms around me, and I'll let you call me yours tonight. 'Cause slightly broken's just what I need. And if you give me what I want, then I'll give you what you like. Please tell me I'm your one and only. Or lie, and say at least tonight. When you turn off the lights I get stars in my eyes. Is this love? Maybe someday ∞


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

People are stupid. Deal with it. (Ashley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nome :: Lanes Street :: Kegoayah Kozga Library-