Partagez | 
 

 Our love needs no name | Ludy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 72
Date d'inscription : 27/11/2014
Métier ou études : Fait l'école a la maison.
Statut : En couple, avec un merveilleux garçon qu'elle aime depuis un bon moment.
Avatar : Grace Victoria Cox
Crédits : Merenwen / hedgekey

MessageSujet: Our love needs no name | Ludy   Mar 30 Déc - 3:57

I'm in love with you

ft. Luke Perfect Hale


« Aimons-nous, mon ange béni, il n'y a que cela dans la vie qui vaille la peine de vivre. Mais cela, c'est tout. Qui a cela touche à Dieu même. Aimer, c'est donner à autrui, par une sorte de pouvoir créateur, une existence supérieure ; être aimé, c'est la recevoir. »
La nature est art. La neige immaculée émerveille les gens, quelque sois leurs âges, quelque sois leur religion. Les fleurs de cerisier qui poussent au Japon sont oeuvres de la nature et elles ne sont que pure beauté n'est ce pas ? La nature est bien faite, chaque saison nous fait découvrir une beauté nouvelle, comme une oeuvre qui vient d'être dévoilé à la terre entière. Dans chaque pays les saisons sont différentes, s'acclimatant à la température, à l'endroit où elle s'installe. Ma saison favorite reste l'hiver. Peut-être suis-je encore une enfant au fond de moi. La blancheur qui couvre les routes, les arbres, les fleurs, cachant les erreurs de l'homme, chaque désagrément. L'air devient pur, je me mets à pouvoir respirer plus facilement. Les températures froides rapprochent les hommes. Peut-être allez-vous me traité de folle, mais voilà pour quoi j'aime l'hiver. Les animaux s'endorment jusqu'au retour du printemps, d'autres sortent de leur tanière car ils sont plus acclimatés à ces températures extrêmes. La douceur des Chants de noël réchauffe les cœurs purs. La dinde réchauffe le ventre, la famille est là pour protéger les siens. La haine n'existe plus. Peut-être que pour certain malheureux il y a le froid, le manque, la peur. Je prie pour eux de tout cœur.  Chez moi le piano joue, les mélodies s'enchaînent, la nourriture est bien présente. Je ne me plains pas, j'ai la belle vie. Peut-être que je ne suis pas aussi riche que certains, mais ce que j'ai me suffit amplement, et j'espère que ça sera toujours ainsi. Les chocolats chauds s'enchaînent chaque jour, rien ne gâche ces moments de plaisir. Bien que la température dehors sois vraiment basse moi je m'aventure dehors, tous les jours. Pour respirer, enfin respirer, un air pure, soigné par la froideur de l'hiver. La musique joue tous les jours dans mes oreilles, les notes s'accompagnent, m'aidant parfois à dormir. Quand il ne ferme pas ses rideaux et que je ne dors pas je l'admire, cet ange, mon voisin. Lui aussi m'apaise, à sa manière. J'imagine que ce n'est pas la même chose de son côté, mais qu'importe vraiment ? Moi, je pense que je suis amoureuse. C'est la première fois que je ressens une chose pareil. Dans un sens, ça me fait peur. Ne pas savoir le dire, rester enfermé dans une bulle d'amitié sans rien de possible par-delà ça. L'amour est effrayant, surtout quant au fond de toi tu penses que c'est le vrai. Notre relation est platonique, je l'avoue. Mais je n'oublierai jamais que j'ai failli céder à la tentation, que j'ai eu envie de goûter ses lèvres à porter de moi. Que j'étais bien, ainsi installer sur lui, sur ce garçon, ce jeune adulte, cet être fascinant. Parfois quand je regarde les étoiles j'y retrouve son visage. Je me dis encore que peut-être que je suis folle, folle de lui ou folle tout court ? Je ne saurai le dire pour le moment, sans doute les deux je l'admets. Je me retrouve aujourd'hui avec une autre envie de sortir, de respirer l'air frais. D'emplir mes poumons de ce produit qu'est l'air. J'en ai besoin, c'est vital. Certains diront que je suis courageuse, d'autres que je suis inconsciente. Avec ma santé fragile je sais que c'est difficile à concevoir que je sorte. Mais c'est plus fort que moi. Même si les gens me regardent, si mes taches de rousseur me paraissent démodées, que mes yeux trop bleus me semblent bizarres, j'ai besoin de ce contact avec la nature. Un jour, mon père m'a dit qu'un garçon me chanterait cette chanson. Celle que toutes les filles veulent entendre de la bouche du garçon qu'elles aiment. Cette chanson, dédié à une fille, celle qui est parfaite pour lui, malgré ses imperfections. Il veut qu'elle ouvre les yeux, et grâce à cette chanson il veut lui faire comprendre qu'elle est la seule pour lui. C'est cette chanson, un jour, moi aussi on me la chantera, peut-être simplement pour me faire plaisir qui sais ? Mais moi j'y crois encore, comme les petites filles croient au prince charmant. Celui qui arrive sur son cheval d'un blanc éclatant, celui qui a un sourire à faire pâlir d'envie Apollon lui-même. Moi je crois que j'ai trouvé ce prince mais qu'il ne m'aime pas en retour. J'espère qu'un jour je trouverai vraiment celui qui est amoureux au point d'aimer mes défauts, physiques et mentaux. Je crois encore à ces enfantillages. Toutes les filles que je connais me disent que l'amour ça n'existe pas, que ce n'est que pour les enfants... Mais, suis-je encore une petite fille moi ? J'ai tout cela dans la tête, ça me permet d'avancée encore et encore dans cette ville ralentit par la neige. Il n'y a pratiquement pas de trace de pas dans ce magnifique manteau de neige et ça me ravi au plus haut point. Peut-être que c'est égoïste de vouloir être seule dans ce paradis. Je n'arrive pas à être inquiète, c'est vrai, je pourrai l'être car je suis au milieu d'une forêt habituellement loin d'être accueillante, mais rien ne me perturbe. Je sais que les créatures du printemps dorment paisiblement, leur réservent bien près d'eux. Je sais que pratiquement rien ne pourra troubler leur sommeil de plomb. Je trouve ça admirable. Les oiseaux chantent, un peu, mais il ne gêne absolument personne. C'est une mélodie douce, rassurante, comme si rien de grave ne pourrait arriver à ce moment précis. Des pas se font entendre, des pas lourds, des pas appartenant à un animal. Je ne savais pas qu'il y avait ce genre d'animaux ici, ou du moins je le nie sans cesse. Un renne, c'est très rare, et je ne peux qu'arborer un grand sourire en me frottant les mains. N'ai-je pas l'air menaçante moi petite humaine sans grand intérêt ? Visiblement non. J'ai le loisir de pouvoir l'approcher un peu, même de caresser ce grand animal, je trouve ça incroyable, je n'ai jamais pus être si près d'un animal, j'ai habituellement peur, là je ne sais pas pourquoi mais tout cela s'envole. Mon temps, je le passe avec cette belle créature, que je trouve si noble. Mais, le craquement de la neige m'annonce que quelqu'un d'autre se joint à nous. Doucement je me retourne, et je le vois. Cet ange, mon ange, il est beau, comme toujours. J'imagine que c'est vraiment plus que de l'admiration que je ressens pour lui. Comme je l'ai dit, l'amour me fait peur. C'est un sentiment inconnu. Quand je me retourne vers mon ami de la journée il a disparu. Luke l'a remplacé, j'avoue que je suis un peu vexée, mais j'ai apprécié ce moment en compagnie d'un animal sauvage. C'était certes inconsidéré mais ça m'a fait beaucoup de bien. « Tu lui as fait peur je pense....» Je garde cette voix incroyablement douce, cette voix qui n'est là que pour lui. Je n'élève jamais la voix, mais cette douceur, ce teint sucré c'est pour lui rien que pour lui. Un doux sourire a encore pris place sur mes lèvres. Si c'est lui qui remplace la gracieuse bête que je viens de voir alors qu'importe, c'est tout aussi bien. Oh oui, je suis amoureuse.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 76
Date d'inscription : 30/11/2014
Métier ou études : Le lycée, ce piège pour adolescent. La prison des jeunes.
Statut : Je suis amoureux, d'une belle créature venue tuot droit d'un rêve. De la charmante jeune fille vivant près de moi depuis quelques temps déjà, mon incroyable et magnifique voisine : Wendy.
Avatar : L'adorable Colin Ford
Crédits : night sky.

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Mar 30 Déc - 16:34

Tu es la plus jolie des pétales de fleur....

ft. Wendy Pretty Jenner


« L'amour comme une douleur, une douleur qui ne doit pas faire mal. »
La neige est désormais plus que présente. Les sols sont tous recouverts d'une épaisse couche blanche, des traces de pas écrasant cette perfection. Je n'aime pas voir ça. Ça me déprime. Je préfère la voir, quand elle est intacte. Quand on peut en prendre une poignée sans que ce soit une sorte de bouillie. Je passe la plupart de mes hivers dehors. J'aime pouvoir sentir tout ce froid, qui m'apaise. Je me sens joyeux lors des jours ensoleillés. Je me sens tristes lorsqu'il pleut. Je me sens en colère, quand la tempête fait rage. Je me sens libre quand de fins flocons blanc descende du ciel.  Je ne sais pas, mais c'est quelque chose de très reposant a regarder. Je me sens comme, différent. Toute la ville, est prise dans le froid. Dans toutes les maisons, un feu de cheminée permet de réchauffer les tremblements causés par ce froid intense. Peut être même les cœurs...Des bonhomme de neige, ont vu le jour sur les pelouses du voisinage. Certaines sont sans aucune décoration, ce son celles qui n'abritent pas d'enfant. Celles qui n'entendent aucun éclat de rire tout a long de l'année. Je trouve ça si triste, les propriétaires doivent se sentir seuls. La plupart sont des personnes âgées. Ils ne reçoivent aucune visite de leur famille, ils fêtent seuls les fêtes de fin d'année. Je devrais m'occuper de mes affaires, et ne rien faire. Je le sais, mais pourtant je n'y arrive pas. Je vais de temps en temps les voir, depuis plusieurs années. Je leur lit des livres, joue avec eux...Leur offre des présents pour les fêtes. M'occupe de ramasser leur courrier, quand ils ne peuvent pas sortir de leur maison. Ne voulant pas tomber sur des plaques de verglas. Certains diront, que je devrais mieux les laisser entre eux, d'autres encore, diront que je ne cherche que leur sympathie, mais c'est faux. Je ne veux que voir, un sourire sur leur visage. Je veux leur faire comprendre que si ils ont besoin, je suis là. Je n'ai jamais eu la chance d'avoir des grands-parents aimant, c'est un peu comme ci ça changeait. Je suis étrange, je le sais, mais je ne veux que le bonheur dans cette vie pleine de peine. Nous avons déjà organisé, avec ma mère, des soirées lors des fêtes pour partager souvenirs et présent. Ma mère tient beaucoup a ça, elle ne comprends pas pourquoi nous devrions passer nos soirée d'hiver seuls, a attendre le jour où nous changerons d'année. Et que ça continuera ainsi de suite, jusqu'à la fin. Elle n'organise pas seulement des soirées, elle se charge des vides grenier, des fêtes d'anniversaire. Dès qu'elle peut, des bals de fin d'année. Elle aime beaucoup se rendre utile. Je trouve ça fou, de voir a quel point mes parents ne se ressemblent pas. Lui est plutôt dans l'action et l'intimité, elle est dans le calme et le partage. Ils s'assemblent parfaitement, même si comme dans tout les couples, il y a des hauts et des bas. Ce qui va me rester très longtemps, c'est la foi où ils s'étaient séparés, et s'étaient remis a se draguer comme deux jeunes adolescent. A faire le mur, pour se retrouver. A n’envoyez des SMS pour se dire des mots d'amour...C'était vraiment perturbant. Ils niaient en bloc, mais ils n'ont pas tenu longtemps comme ça. Après tout, ils s'aiment trop pour être l'un sans l'autre. Ah...l'amour, si beau, si merveilleux. Mais des fois il fait souffrir. Je sais que si je dois confier mon âme a quelqu'un, je devrais savoir que je ne souffrirais pas. Je voudrais pouvoir, avoir une confiance  en elle, lui confier des secrets ne devraient pas être un problème...Je voudrais pouvoir parler d'avenir avec elle, sans qu'elle ne prenne peur ou me rit au nez. Peut être que je vois trop haut, après tout je n'ai que dix-huit ans. Mais je sais ce que je veux...Peut être même l'ai-je trouver...

Je m'aventure dehors, un manteau sur les épaule, un  bonnet sur la tête. Je devrais être bien paré pour le vent glaciale de Nome. Personne ne se promène, tous préfèrent se réchauffer dans leur salon...A boire du chocolat chaud avec des guimauves. J'en prendrais bien un en rentrant. Rien que d'imaginer l'onctueux breuvage, me réchauffer j'en salive. Bon, par contre pour les guimauves je ne suis pas sure que beaucoup de personnes en prennent dans leur boisson chaude...Mais je sais au moins, que nous sommes deux a en prendre a chaque fois. Ça m'amuse de voir qu'elle me ressemble sur plusieurs points. Elle est si mignonne, que ça devient vraiment de l'impossible de faire semblant de ne rien ressentir pour elle. Elle occupe beaucoup de mon temps. Et je parle de là, que du temps qu'on passe ensemble. Je pense tout le temps a elle, c'est effrayant. Je ne sais pas ce qui m'arrive, ou plutôt je ne veux pas comprendre. Je deviens une autre personne, et ça ne me plais pas. Enfin, ça ne me plais pas, c'est un grand mot. Quand mon frère me taquine sur elle, il paraît que je me mets a rougir. Je dis il paraît, vu que je ne lui fais pas confiance. Là encore, je crois que j'essaye de me convaincre. Je suis le pire de idiots, j'crois. Je refuse de me rendre compte qu'elle me plaît, plus qu'un peu et ça me bloque. Je ne connais pas ça, je n'ai jamais connu ce genre de relation avec quiconque. Oui, je suis contente que je ressente ça pour elle. C'est la plus merveilleuse des filles que je connaisse, mais je ne sais pas ce qu'elle pense de moi. Et puis, j'ai un peu peur de ses pères, je dois l'avouer. Surtout un, je pense que vous savez lequel. Il me fais froid dans le dos, a me demander des choses que je ressens. A me poser sans cesse des questions sur sa fille. A se méfier de moi...Des fois, je le prendrais pour un fou si je n'étais pas amoureux de sa fille. Oh...merde. Je l'ai dis. Donc ça signifie que je suis vraiment amoureux d'elle? Et que c'est tout a fait normal que je ne pense qu'a elle et que je rêve d'elle? Je ne donnerais pas plus de détail, merci. Je vais plutôt décrire où je suis hein...Rien que pour me sauver, je suis prêt a ça. La foret est un endroit calme, très calme même. Peu de personnes viennent se promener. Peut être par ce que des animaux sauvages y vivent, mais moi ça ne me fait rien. J'en ai vu beaucoup dans différents pays. Dans notre deuxième maison, au Japon, nous avons un tigre apprivoisé. Je ne sais plus comment nous l'avons eu, mais je sais que je m'entends bien avec. Tout le contraire de mon frère. A chaque fois qu'il le voit,il grogne. Il n'obéit qu'a moi. C'est une sorte de gros chien. Il n'a jamais fait de mal a personne, et en plus il adore les câlins. Ça ne me fait donc rien, de me retrouver nez a nez avec un ours ou un loup. Oui, je sais déjà que j'ai un problème. Pas la peine de me le rappeler. Je m'arrête d'un coup brusque. Qui je trouve dans ces bois? Ma belle au bois dormant. Je suis étonnamment, heureux de la voir ici. Ah mais c'est vrai, ma mère m'a raconté que quand on tombait amoureux, on devenait heureux pour tout. Mais ça n'a rien changé au fait que dès que je pose mes yeux sur elle, un large sourire vient prendre place sur mon visage. Et apparemment, je ne suis pas le seul a aimer sa compagnie. Un renne est avec elle, je crois que c'est l'un des plus beaux paysages que je vois. Elle semble si fragile, au milieu de ces arbres, un animal au bout de ses doigts. Mais ce doux rêves ne dure pas longtemps, a peine a-t-il vu ma présence qu'il s'en va. Je trouve ça dommage pour elle, mais bien pour moi. J'avance près d'elle, écoutant sa voix, qui me semble être une mélodie. Comparée a elle, toutes les autres voix, ressemblent a des complaintes. «Je suis désolé, je ne voulais pas l’effrayer. Mais je penses plus, que tu as un don avec les animaux» Je lui dépose un léger baiser sur sa joue droite. Je lui dis toujours bonjour comme ça, c'est une sorte d'habitude. «Comment tu vas Wendy?» Un sourire prends place sur mon visage, mon sac a dos remonter correctement sur mon épaule. Les gourdes se tapant entre elles. L'hiver me semble être un doux parfum de bonheur.  

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 72
Date d'inscription : 27/11/2014
Métier ou études : Fait l'école a la maison.
Statut : En couple, avec un merveilleux garçon qu'elle aime depuis un bon moment.
Avatar : Grace Victoria Cox
Crédits : Merenwen / hedgekey

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Mer 31 Déc - 5:26

So hold me and never ever let me go

ft. Luke Perfect Hale


«It seems that dreams are sometimes make believe
But now I know oh that they are real
For in my dreams you said you love me
And in reality you love me, love me, too»
Depuis que je suis ici son visage est pour moi une source inépuisable de beauté, d'inspiration, de perfection. Peut-être est-ce cela l'amour ? Trouvé tant de chose dans la personne qu'on aime qu'on en devienne son esclave. Je suis esclave de son amour. Je suis esclave de ses yeux, de son sourire, de ses expressions, de sa voix. Peut-être que faire une liste est inutile au final ? Comment définir l'amour ? Il y a trop peu de mots dans notre langue pour décrire cela. Ce n'est pas un simple rapprochement, c'est l'amour palpable, infini, qu'on voit à dix-mille kilomètres à la ronde. C'est comme si nous étions dans le paradis sur terre. Mais dois-je avoir peur ? Oui, je ne sais pas s'il m'aime, j'ai peur de le savoir en réalité. J'ai peur de n'être qu'une amie, je le dis encore c'est vrai. Mes songes ne sont qu'à son propos, ma tête ne voit que lui. Mon regard se pose sans cesse sur sa chambre pour voir s'il est là, si je verrai ses sourires aujourd'hui. Moi, mes sourires, j'ai l'impression qu'ils sont rares. Papa dit qu'ils sont comme les étoiles qu'on peut encore voir le matin, peu nombreux mais incroyablement beau. Sur toutes les photos je souris. Je suis prise sur le fait, je pense même que mes parents font une collection de tous ces moments de bonheur. Je ne sais pas ce que je dois en penser, ça me fait un peu peur, est-ce que je suis aussi inexpressive que cela ? Je souris souvent avec Luke. C'est sans doute pour lui que je réserve ces sourires, sans doute pour qu'il sache qu'il est privilégié, que c'est pour lui et seulement pour lui. Je ne pense pas qu'il le sache, peut-être que c'est mieux ainsi. Je ne suis pas capable de contrôler mes rougissements en sa présence, ni mes moues. En vérité c'est comme si tout mon corps avait décidé de m'abandonner subitement et que mon cerveau partais en vacances au pays des licornes. J'ai vraiment du mal avec lui, à ne pas paraître heureuse, stresser ou ce genre de truc pas banal, je suis totalement incapable d'exprimer la moindre phrase concernant mon affection pour lui, alors comment faire ? Je ne sais pas. Je passe tout mon temps avec lui pourtant, mais ça ne veut pas, je n'arrive pas à totalement me décoincer, si mon père voyais ça il rirait et hurlerait que l'amour a des effets négatifs et que peut-être je parais plus épanoui en la présence de Luke, je ne pense pas que ce sois totalement faux. Ça serait dommage si ça l'était en tout cas. Je rougis dès que ses lèvres se posent sur ma joue, droite, toujours la même. Peut-être qu'une bise le fait se sentir plus proche de moi ? Ou l'inverse, mais je ne veux pas penser à cette option-là pour le moment. L'air froid s'infiltre dans mes vêtements, nous soufflons tous deux de la buée, dû à notre chaleur corporelle. J'imagine qu'il meurt de froid lui aussi. Nous avons sans doute l'air de deux idiots à se fixer ainsi dans la neige, entouré seulement d'une végétation plutôt luxuriante. Mes rêves de prince charmant sont toujours présents et il rentre parfaitement dans le stéréotype que je me créais depuis que je suis petite. Je ne pense pas que ce sois pour ça que je suis tombé sous son charme. C'est sans doute à cause de son côté différent, de son habileté avec l'écriture et le dessin. Peut-être son âme pure, qui fait rêver bien des filles, son allure aussi accessible qu'inaccessible. J'aime tout de lui en vérité, il y a sans doute trop de choses à dire sur sa perfection. J'aime sa maladresse, ses gestes peu assuré. C'est ce qui constitue tout de lui, que j'aime. Mon ton n'est pas assuré, mes mains joues ensemble. Je suis timide, peut-être parce que notre solitude peut tout traduire, qu'encore une fois ses lèvres m'attirent que ses mots me plaisent. « Je ne pense pas avoir de don particulier.» Bien sûr, je l'aime, cette douce sensation sur ma joue à chaque fois qu'il m'embrasse sur la joue. J'aime ces moments où nos mains se frôlent sans que nous fassions attention. Que nos jambes se rejoignent à cause de la proximité procurant une douce sensation de chaleur humaine. Mes mains qui serrent les siennes pendant un film d'horreur qui passe promptement à la télé. Notre rire a une blague dans une émission programmé en fin d'après-midi. Le moment déchirant du baiser d'au revoir qui est simple, un bisou sur la joue, et, une porte qui claque. Le réflexe de monter pour voir si l'autre est dans sa chambre, et si c'est le cas lui écrire. Tout ce temps passé ensemble, pour moi ce n'est que pur bonheur, peut-être que pour lui ce n'est que pure ennuie ? On me dis souvent que je suis fataliste, voire défaitiste. Je ne sais pas si c'est la réalité, mais je vois peut-être souvent le mauvais côté des choses. J'admets que c'est sans doute ridicule pour moi, pour tout le monde. Mais je sais que la vie n'est pas rose, même si j'agis comme si c'était le contraire. J'ai gardé mon âme enfant, qui croit aux fées, qui se demande si les fantômes n'existent pas réellement. J'ai peur, c'est vrai, j'ai peur de ça. C'est incroyable. «J'ai froid, mais ça va... Et toi ? Ne tombe pas malade d'accord ? » Je m'inquiète pour lui, beaucoup. Ça aussi c'est incroyable, je ne suis pas sa mère, je ne devrais pas m'inquiéter pour sa santé. Que faire maintenant ? Nous sommes proches, trop proches. Et, ça ne me met pas particulièrement mal à l'aise.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 76
Date d'inscription : 30/11/2014
Métier ou études : Le lycée, ce piège pour adolescent. La prison des jeunes.
Statut : Je suis amoureux, d'une belle créature venue tuot droit d'un rêve. De la charmante jeune fille vivant près de moi depuis quelques temps déjà, mon incroyable et magnifique voisine : Wendy.
Avatar : L'adorable Colin Ford
Crédits : night sky.

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Mar 27 Jan - 19:04

Je ne sais pas, je ne sais plus. J'ai peur de ce que je peux découvrir. Peur de ce que je peux ressentir. Ou plutôt, peur de ne pas comprendre. Non , mais il n'y a pas plus boulet que moi. Je ne comprends pas quand on me demande quelque chose en message codés. Je ne peux donc pas moi, même comprendre mes sentiments qui naissent vis a vis de ma voisine. Mêmes si rien que pour cette fois, j'aimerais connaître la vérité. Je la vois, j'ai différentes pensées qui me viennent a l'esprit. Je me dis qu'elle est vraiment belle,je me demande quelle saveur ont ses lèvres...Si elles ont déjà été embrassées. Oui, je me pose ce genre de question et je sais que je ne devrais pas. Mais quand je pose mes yeux sur elle, je les vois, tout les moment passés ensemble. A s'amuser, a profiter...A se rapprocher. Nous sommes devenus proches. Dès que possible j'essaye de la voir, j'aime entendre son rire quand mon cœur n'y est pas. J'aime prendre de ses nouvelles a son père, quand je la sais malade. Ou lui important de quoi se rétablir un peu plus vite. J'aime aussi savoir qu'elle pense a moi. J'aime tout d'elle. A mes yeux elle n'a pas de défauts. Elle n'est qu'une adorable boule de sentiments positifs. Je pourrais passer des heures a la voir sourire, ou rien qu'entendre son rire dès le matin me comblerais de joie. Je passe ma main sur mon bonnet pour retirer les fins flocons qui s'y sont installés. J'aime la neige, ça a un côté pur que personne n'a...Ou presque personne. Je sais aussi que je ne devrais pas m'entendre aussi bien avec une fille, comme ça. C'est pas vraiment normal. Surtout quand tu sens ton cœur battre toujours un peu plus vite. «Je pense que tu te trompes Wendy, tu as ce côté que tout le monde aime, crois moi...» Je la regarde, et je ne saurais dire ce qu'elle pense. Je ne vois que ses yeux, malheureusement je ne peux pas lire dedans. Mais pourtant, j’aimerais tant déchiffrer l'expression que je peux voir dans son regard. Comme j'aimerais déchiffrer ce que je ne peux comprendre chez elle. Ce que je ne peux pas comprendre chez les filles en général. Je m'approche un peu plus d'elle, ne laissant qu'une petite partie d'écart entre nous. «Mais non je ne tomerais pas malade...Mais par contre toi, tu dois faire attention...» Je lui prends la main. Je ne sais pas, c'est sans doute par réflexe. Je n'ai pas envie qu'elle ai froid sur ces dernières. Et après je ne sais plus ce qui se passe, plus ce que je fais. Je me sens juste...poussé par quelque chose. Mes lèvres se retrouvent sur les siennes. Je suis sûr que c'est le renne qui m'a poussé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 72
Date d'inscription : 27/11/2014
Métier ou études : Fait l'école a la maison.
Statut : En couple, avec un merveilleux garçon qu'elle aime depuis un bon moment.
Avatar : Grace Victoria Cox
Crédits : Merenwen / hedgekey

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Jeu 29 Jan - 22:37

Luke. Mon beau Luke. Mon parfait Luke. Connor dirait que c'est un boulet, moi je le trouve parfait, mon coeur fait des bons chaque fois que je le vois, mes joues se teintent de rouge, ma voix s'adoucit, mes cils papillonnent. Je deviens tactile, la première fois que je l'ai vu, sa famille venait d'emménager, mes parents les ont aidés mais ont refusé que je vienne parce que je suis trop fragile d'après eux. Je l'ai croisé, pendant qu'il choisissait sa chambre, celle juste en face de la mienne, j'ai observé la dispute de son frère et lui pour l'avoir, Peter m'a regardé, à regarder son frère et à capituler, je n'ai pas compris sur le coup, ça voulait dire quelque chose . J'ai saisi un feutre et une feuille blanche et j'ai commencé à lui écrire comme ça, comme si de rien n'était, comme si nous avions toujours fait ça. Chaque jour je le voyais décorer sa chambre avec ses propres dessins, des oeuvres d'art. Un jour, je lui ai demandé de me dessiner le petit prince, il l'a fait, et m'a offert un paquet d'étoiles qui s'illumine dans la nuit avec. Chaque soir je les admire, pensant à lui.  J'aime les signes qui me montre qu'on se rapproche, mais la distance entre nous est minuscule, je sens presque son souffle sucré sur ma peau. J'ai peur de ce que je ressens à son égard, j'ignore si c'est bien ou mal, toujours est-il que ses lèvres rencontrent les miennes, s'il est novice ça ne se voit pas. Il ne sait pas dans quoi il s'est embarqué. Quand je vois Connor avec Ulrich, je me dis que Luke à de la chance de nos différences de comportement, sinon il aurait succombé depuis longtemps. Ses lèvres ont un goût de chocolat, de sucre, je suis prête à parier qu'il a bu sa chocolate guimauve avant de partir, je ne vais pas mentir, j'adore ça. J'aime encore plus ses lèvres, si je vais être accro . Je le suis déjà. Chez les Jenner c'est la loi du plus entreprenant, mon père est d'ailleurs étonné que je ne sorte pas encore avec Luke. Notre baiser est doux, passionner, à notre image. «Je t'aime.» Je suppose que c'est ce que je devais dire. Même si je rougis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 76
Date d'inscription : 30/11/2014
Métier ou études : Le lycée, ce piège pour adolescent. La prison des jeunes.
Statut : Je suis amoureux, d'une belle créature venue tuot droit d'un rêve. De la charmante jeune fille vivant près de moi depuis quelques temps déjà, mon incroyable et magnifique voisine : Wendy.
Avatar : L'adorable Colin Ford
Crédits : night sky.

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Ven 30 Jan - 0:42

Ces mots resteront a jamais gravé dans ma mémoire. Je ne pourrais les oublier. Je ne pourrais tourner la page. Je sais qu'en l'embrassant mes sentiments était sincères. Mais je me demande juste depuis combien de temps? Est ce que je le savais déjà quand je l'ai vu le jour de mon déménagement? Ou la fois quand elle est venue manger avec ses parents. Son cousin ayant refusé de venir. Je ne sais pas, je ne sais plus. Mais je suis certain d'une chose je sais que je l'aime. Et je sais que je l'aimera longtemps. Comment je le sais? J’aimerais bien sortir une réplique de dessin animé, comme «C'est la Lune qui me l'a dit...» mais ça semble assez étrange. Je le sais, rien qu'en la regardant dans les yeux. En sentant sa main dans la mienne, en l'embrassant. Je ressens quelque chose de vrai pour cette jeune fille. Quelque chose qui ne s'éteindra pas avant longtemps, vraiment très longtemps. Je sais que j'aimerais pendant des années lui dire des mots d'amour, la prendre dans mes bras, la rassurer dès qu'il le faudra, pleurer avec elle , l'embrasser...Je sais aussi que chez les Jenner ils s'attachent aux gens assez rarement. Mais quand ils le font, ils sont fidèles. Prenons l'exemple de son cousin adoré. Il me fait un peu froid dans le dos. Et il a un humour bien a lui, bien étrange. Je suis sur qu'il s'entendrait bien avec mon frère. Je ressens un besoin immédiat. Non, je ne veux pas aller aux toilettes. Mais j'ai envie de le lui dire ces mots aussi. De dire a voix haute ce que je ressens pour cette fille. Je m'approche d'elle, la main timide. Je ne sais pas comment faire sans trop brusquer les choses. Mais je pense que le faire a ma manière serait le plus juste. Au diable les conseils du grand frère pervers, au diable les conseils concernant la contraception de ma mère dès que je dis bonjour a une fille, au diable les sourires aux coins des lèvres de mon père dès qu'il me voit rougir quand je regarde Wendy. Je lui souris timidement, avec une main lui retire la mèche de cheveux qui vient lui tomber sur son teint de porcelaine. Sous la blanche neige, elle semble être un ange. Le blanc lui va si bien. Et pendant quelques instants, je reste ainsi. La main sur sa joue. Puis dépose un léger baiser sur ses lèvres avant de cesser ce contact. Certes beaucoup moins long que le précédent, mais tout aussi doux. «Moi aussi je t'aime...» Je pense que le fait de lui dire, a du moi aussi me faire rougir. C'est pas commun un garçon qui rougit. Mais au moins elle sait ce que je ressens. «Hm...est ce que ça te dérange si je te prends de nouveau dans mes bras puis te ré- embrasse?» Je suis bête, mais attentionné. Je ne veux pas la forcer, je ne veux pas la brusquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 72
Date d'inscription : 27/11/2014
Métier ou études : Fait l'école a la maison.
Statut : En couple, avec un merveilleux garçon qu'elle aime depuis un bon moment.
Avatar : Grace Victoria Cox
Crédits : Merenwen / hedgekey

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Ven 30 Jan - 8:58

Je sais que je suis amoureuse de lui, je l'ai su dès que Connor à commencer à me parler d'Ulrich, de ce qu'il ressentait pour ce gars que je n'avais jamais vu. La boule dans la gorge, les papillons dans le ventre, l'envie de plaire, la façon de devenir trop tactile. Oui, j'ai eu tous ces symptômes. J'ai commencé à réécouter les histoires de mes pères, l'histoire de leur amour, de ma naissance, de la peur qu'ils ont ressentie. J'ai toujours su que je n'étais pas née de deux pères, juste d'une femme et d'un homme. Mais je m'en fiche, l'amour est l'amour, on ne peut rien changer à propos de ça, cacher ses sentiments c'est se détruire, ignorer ses sentiments c'est comme se couper et ne pas se rendre compte que l'on saigne. Chez moi, nous sommes tous des gens tactiles, pour qui la famille importe, pour qui les valeurs de l'amour sont-utiles, Parfois, on me prend pour la petite soeur de Connor, voir sa petite amie, alors que je suis un peu plus vieille que lui, ça fait plaisir, mais c'est gênant car je sais que son coeur bat pour quelqu'un. Il parle souvent de lui, pas toujours en bien, mais les côtés négatifs sont positifs à ses yeux. Je pense qu'il sait que ce n'est pas une drague, que si ce gars la repousse il ne se relèvera pas, ça se voit dans ses yeux. Moi, il paraît que c'est la même chose quand je regarde Luke, j'imagine que c'est vrai, comment ne pas le faire. Je sais que je suis prête à tout pour ses beaux yeux, quitte à devenir violente. « Ne demande pas, agis.»  Je prends une de ses mains et la pose sur ma hanche, je prends l'autre dans ma main et je l'embrasse. Plus fortement, plus amoureusement. Je suppose que ça doit le choquer, mais chez nous ça marche comme ça, on est froid comme la glace mais quand on parle d'amour c'est la canicule. On n'attend pas avant de faire l'amour, avant de décider ce que l'on veut faire. On est prêt à tout changer pour la personne que l'on aime, c'est mon cas. Sa main reste sur ma hanche, la mienne se glisse dans sa nuque, je pense qu'il est choqué de voir que je peux être aussi entreprenante que Connor avec Ulrich, ou que mes pères. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 76
Date d'inscription : 30/11/2014
Métier ou études : Le lycée, ce piège pour adolescent. La prison des jeunes.
Statut : Je suis amoureux, d'une belle créature venue tuot droit d'un rêve. De la charmante jeune fille vivant près de moi depuis quelques temps déjà, mon incroyable et magnifique voisine : Wendy.
Avatar : L'adorable Colin Ford
Crédits : night sky.

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Ven 30 Jan - 13:00

Mon cerveau tourne a deux a l'heure. Mon cœur lui, ne cesse d'augmenter niveau vitesse. Je ne sais pas, mais voilà quoi. La jeune et fragile voisine que je connais, ne me semble pas aussi fragile a présent. Excusez moi, mais ça doit être la première fois qu'on me prends comme ça. Qu'on m’incite a faire ça. C'est nouveau pour moi. Nouveau pour elle. Mais alors pourquoi elle semble y arriver a merveille? Elle prend ma main et la met sur sa hanche. D'un naturel incroyable. J'ai ouïe dire que chez les Jenner c'est normal. Ils ont ça dans leur sang. Ils ont beau être originaires du Nord, ce sont des chaud lapins. Du moins c'est ce que j'ai compris, quand j'ai parlé avec Connor. Non mais je me demande bien comment ça se fait que Wendy vive avec lui. Je ne dis pas qu'il est méchant ou autre, mais...il est perturbant. Il est violent, froid et grossier. Je ne le connais pas vraiment. Je sais juste qu'il est venu vivre chez son oncle suite a un problème avec ses parents. Mais après c'est tout. Il est tout un mystère ce gars. Comme le fait qu'il ai des vus sur le garçon le plus discret du lycée. Je ne le juge pas vraiment, je ne le comprends pas en réalité. Je ne comprends pas pourquoi il est comme ça. Je ne comprends pas pourquoi il semble toujours en colère. Ni pourquoi Wendy m'appelle souvent quand elle a peur qu'il ne fugue. Je sais qu'elle tient beaucoup a lui. Je sais aussi que si il décide un jour de partir sans prévenir elle sera au plus mal. Je me sens rougir. Vraiment. Mais je ne cesse pas pour autant de l'embrasser. Ma main toujours sur sa hanche, la sienne sur ma nuque. Qui aurait pu croire que cela allait se produire ainsi? Que nous allions nous embrasser, déclarer nos sentiments respectifs. C'est comme une promesse en silence. Nous savon que cela durera longtemps. Qu'il n'y aura pas tromperie. On reste ainsi pendant quelques minutes, ne décollant pas nos lèvres, restant ensemble. «...hm...je ne sais pas quoi dire.» Oui je suis un boulet. Mais je pense qu'elle m'aime ainsi, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre du mois
avatar

Membre du mois

Messages : 72
Date d'inscription : 27/11/2014
Métier ou études : Fait l'école a la maison.
Statut : En couple, avec un merveilleux garçon qu'elle aime depuis un bon moment.
Avatar : Grace Victoria Cox
Crédits : Merenwen / hedgekey

MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   Sam 31 Jan - 16:39

Car un jour nous serons invincibles, forts.
LUDY

J'ignore ce qu'est un amour comme celui de Juliette, un amour pour lequel on est prêt à tout quitter, pour lequel on est prêt à traverser les océans mais je veux croire que s'il m'était donné un jour de le trouver, j'aurais le courage d'oser le vivre.
✻✻✻ Chaque fois que nos lèvres se rencontrent c'est comme si j'avais un feu artifice dans la tête et des étoiles dans les yeux. Maintenant que je l'ai je ne le laisserai pas partir, sauf s'il le veut, mais j'imagine qu'une douce torture ne le fera pas fuir. Au fond, il est sans doute plus innocent que moi, bien que je sois prude en tout ce qui concerne ions sexuelles ou physiques. Parce que nous ne sommes pas obligés à faire l'amour quand nous nous touchons, j'imagine, qu'entre nous, ça sera déjà des caresses, des baisers, un partage de lit, un sourire, un rire. Ces choses chastes, que mon cousin ne connaît pas vraiment. Moi je m'imagine dans ses bras un jour d'hiver. Je m'imagine dans ses bras, endormit pendant qu'il continue à regarder un film qui ne m'a pas intéressé. J'imagine, les rougissements qu'il aura quand je reviendrai en observation au lycée, je veux voir son sourire quand je l'embrasserai devant toutes les filles de son école. Sa crise de jalousie si je me fais siffler dans les couloirs. Ses cris si un gars m'insulte. J'imagine, le fait qu'il vienne chez moi ou que je vienne chez lui simplement pour dormir, pour se regarder dans les yeux, pour partager ce que les autres n'ont pas. Je suppose que nous deux, ça va durer longtemps, très longtemps. C'est même certain. Je suppose que ça ne sera pas tous les jours faciles, je suppose que l'amour va s'installer rapidement et s'accrocher, il est déjà là, notre amour est présent, simplement présent. Son intervention me fait rire, un rire timide, me sortant de ma bulle de douceur où m'avais enfermé ce baiser. Oui, ses lèvres sont ma drogue, son ton idiot est une chanson à mes oreilles. « Ne dis rien alors...» Peut-être que je me rends enfin compte de ce que mes parents ressentent maintenant ? Le plaisir jouissif d'un amour partagé, c'est terrible, ça donne des papillons dans la tête et réduit ton ventre en bouilli, ou c'est l'inverse, je sais plus. En tout cas, ça donne des palpitations au coeur ! Je ris, l'embrasse, et l'embrasse encore. Je l'aime, je l'aime, je l'aime ! Et savoir que c'est partager m'enlève l'épée de Damoclès qui trôner au-dessus de ma tête.

« Je t'aime.»

Fin

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Our love needs no name | Ludy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Our love needs no name | Ludy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nome :: Les alentours de Nome :: Forêt-